© 2017 by Nico Fujita

Desgustez : Marusan

Ce mois-ci, je vous présente un petit restaurant au potentiel infini qui a fait son apparition le 7 mars dernier sur l’une des chics rues du Vieux-Montréal.

Ce restaurant, c’est MARUSAN. En japonais, maru signifie « cercle » et symbolise l’harmonie alors que san réfère simplement au chiffre 3.


L’« harmonie » a donc ici « trois » facettes : les « clients », les « employés » et la « société ». « Je veux créer un commerce où les clients sont heureux, où les employés travaillent dans le plaisir et qui contribue à la communauté », explique Hideyuki Imaizumi qui porte les chapeaux de propriétaire, de chef et de gérant. Venu à Montréal de Vancouver il y a quatre ans, il a été heureux de constater la présence de restaurants de sushi, de ramen ainsi que d’izakaya, mais il lui a semblé que les établissements offrant une cuisine japonaise plus simple, par exemple des bento (boîte-repas à emporter) et des donburi (bol de riz surmonté de diverses garnitures), étaient peu nombreux. C’est donc nourri du désir de voir les Montréalais adopter la nourriture populaire japonaise que M. Imaizumi a lancé son restaurant.

Avec la collaboration de Hachiro Fujise, également chef au Thazard, il a mis sur pied un menu qui plaît aujourd’hui à un large public. Le plat le plus populaire est le kaisen-don (donburi aux fruits de mer) : sur le riz, on retrouve du sashimi de thon et de saumon, de la pieuvre marinée au wasabi, du masago (œufs de capelan) et de l’avocat. Un délice de variété pour les yeux comme pour le ventre! Le katsukare, combinaison de tonkatsu chaud (côtelette de porc panée et frite) et de kare bien riche (curry à la japonaise) est parfait pour les affamés. Il est donc bien difficile de choisir entre le katsukare et l’ebi-teri-don, un donburi au tempura de crevette et au poulet teriyaki. Tout est offert pour emporter : le karaage (poulet frit), le gyudon (donburi au bœuf), les nouilles udon avec tempura, etc.

Les prix étant très raisonnables, on peut ajouter à notre repas principal des plats choisis à la carte comme le kinpiragobo (julienne de grande bardane sautée puis mijotée), le chou frisé (kale) à la mode gomaae (vinaigrette à base de sésame), les edamames, etc. On peut bien sûr également accompagner harmonieusement son repas de vin, de saké ou de bière.

Chaque jeudi de 4 à 7, c’est la soirée « nomikai »! La nourriture est à moitié prix et on offre également des rabais sur la bière.

MARUSAN, ce restaurant au cœur débordant d’hospitalité… Le nombre d’habitués qui le fréquentent pour y recevoir une dose de chaude et délicieuse énergie ne cesse de croître. Je ne lâcherai donc plus MARUSAN des yeux!

Traduction: Etienne Lehoux-Jobin

Marusan

401 Notre-Dame West
(514) 289-1115
www.marusan.ca