© 2017 by Nico Fujita

Rue Prince-Arthur, rue piétonne. Autrefois en déclin, le secteur brille à nouveau grâce aux efforts de revitalisation qu’on lui consacre. Devant la fontaine et sa place qui invitent au calme, un bâtiment rouge détonne. C’est de cet endroit dont je vous parle ce mois-ci, le bistrot Les Deux Gamins.

Ce bistrot français occupe un immeuble de trois étages bâti en 1902 et peut accueillir jusqu’à 80 personnes en incluant les places qu’offre sa vaste terrasse. Les succès de la chanson française comme ambiance musicale, élégamment calée dans mon sofa, lorsque j’arrête mon regard sur le ballet dynamique des serveurs et des serveuses, je me sens carrément comme si je me trouvais sur un coin de rue quelque part en France.

Est-ce par coïncidence que deux Benoît travaillent dans ce bistrot nommé « Les Deux Gamins »? En effet, le chef, originaire du Pays basque, et le sommelier, originaire de Champagne, s’appellent tous deux Benoît. La passion pour la cuisine du chef comme la prévenance du sommelier envers ses clients sont gages d’une soirée réussie.

 

Le menu se concentre sur les classiques du bistrot, mais s’agrémente également de propositions fondées sur les découvertes gourmandes faites au marché et sur les produits de saison.


D’abord, dans l’assiette de chèvre chaud servi avec salade verte, le fromage tendre et délicat et la salade fraîche fondent ensemble dans la bouche et libèrent une saveur exquise accentuée par le parfum du miel.


Comme il est préparé sur commande, le tartare de bœuf a comme attrait principal sa fraîcheur. Le crudo de saumon, savoureux, est quant à lui relevé de sirop d’érable.


Le foie gras poêlé fait son entrée; il présente une affinité hors pair avec la salade de roquette. Suivent les escargots apprêtés à la mode espagnole, avec des poivrons piquillo, rouges et sucrés. Malgré leur naturelle texture caoutchouteuse, ils sont servis bien juteux.


Du côté du poisson, la morue est bien en chair. Grillée en croûte de graines de tournesol, elle dégage de riches arômes. Le confit de canard, quant à lui, est tendre et se gorge d’une vinaigrette aux baies sauvages qui lui procure un agréable côté aigre-doux.

Déguster un tel festin et l’accompagner d’un vin français, c’est comme se payer, ne serait-ce que l’espace d’un moment, une virée gourmande en France. Bon appétit!

Traduction: Etienne Lehoux-Jobin

Desgustez : Les Deux Gamins

Les Deux Gamins

170 Prince Arthur Est
(514) 288-3389
www.lesdeuxgaminsmontreal.com